Informations sur les ordures ménagères

Pourquoi la Communauté de Communes du Pont Julien a-t-elle choisi la redevance et comment est-elle calculée pour être le équitable possible ?

Il aurait pu être appliquée une taxe à la place de la redevance, prélevée directement par le Trésor Public en même temps que la taxe d’habitation. A Apt elle est de 15% et à Gargas de 12.5%, ce qui correspond par exemple, pour une petite maison avec jardin et 3 habitants à 400 euros.
La Communauté de Communes a donc opté pour la redevance, qui essaie de tenir compte du nombre de « producteurs » d’ordures ménagères. Le calcul est établi à partir d’une part fixe correspondant au coût de tous les services (60% du total) et d’une part flexible, fonction de la quantité estimée des déchets (40%). Pour la répartition, il est ajouté,au nombre d’habitants de la communauté de communes, une estimation de la population des vacanciers (résidences secondaires, gîtes, chambres d’hôtes, campings, hôtels…). sont également incluses les entreprises, commerces, avec une estimation difficile à appréhender.
La répartition établie pour 2007 va être améliorée en 2008 pour tenter d’être encore plus équitable.

L’évolution à la baisse de la redevance est-elle envisageable ?

Il semble possible de maintenir stable (voir réduire) d’année en année la redevance des ordures ménagères.
En effet, pour cela, il suffit de réfléchir à ce que deviennent nos ordures. Ouvrons un bac en principe destiné à l’incinération des ordures résiduelles après tri sélectif et on y trouve :

  • Des bouteilles de verre qui pèsent lourd et devraient être recyclées (le verre se recycle indéfiniment); pourquoi alors incinérer des bouteilles de verre ?
  • Des canettes de bière et autres boissons, faites en partie d’acier et d’aluminium issus de minéraux qui ne sont pas inépuisables dans la nature. Ils peuvent être recyclés et transformés (un certain nombre de canettes se recyclent en cadre de vélo par exemple …). En ces conditions, pourquoi incinérer des canettes ?
  • Des bouteilles en plastiques qui, elles, ne pèsent pas lourd mais brûlent en émettant des gaz toxiques et qui peuvent être recyclées (des bouteilles plastiques peuvent se transformer en vêtements polaires); pourquoi les incinérer ?
  • Des cartons non pliés qui peuvent également être recyclés.
  • Baucoup d’épluchures, de déchets verts qui pourraient, pour ceux qui ont un jardin, faire un
  • très bon compost.

Si le verre est recyclé, si les canettes sont recyclées, si le papier et les journaux sont recyclés, le poids des poubelles vertes s’allège. Donc le tri fait diminuer le poids des ordures ménagères résiduelles au profit des ordures triées moins chères. En effet, le traitement du tri sélectif est 25% moins coûteux que le traitement des ordures résiduelles. Le recyclage est à la fois écologique et économique.

Pourquoi s’en priver ? Pourtant,il nous reste beaucoup à faire :

  • La communauté de communes du Pont Julien ne tri que 8% de ses déchets.
  • Le territoire du SIRTOM 14% (c’est la communauté de communes du Pont Julien qui fait baisser cette moyenne).
  • La moyenne en France est de 30%.

Le tri doit également être fait du mieux possible. Si nous mettons par erreur des déchets ménagers dans les bacs jaunes, le bac est refusé est reversé dans les ordures ménagères résiduelles. Il en est de même, si nous mettons par erreur des boites de conserve dans le bac à papier. Cela s’appelle les refus, et augmente le poids des ordures résiduelles et donc le prix de la redevance d’année en année.

Que doit-il être mis dans les bacs jaunes ?

Dans les bacs jaunes :

  • Emballages ménagers : bouteilles plastiques (bouteilles transparentes de boisson, bouteilles de lait, bidons de lessive et adoucissant) en PET, PVC et PEHD;
  • Briques alimentaires (de lait, de vin, de jus de fruit, soupe etc..) ;
  • Boites métalliques (boites de conserve, barquettes en aluminium, canettes de boisson etc….) ;
  • Cartonnette (pots de yaourt, boites de lessive, boites de dentifrice) ;
  • Petit cartons ménagers pliés ;
  • Journaux, revues, magazines, bouchures, prospectus catalogues etc…. (sans leur emballage plastique).

Dans les points d’apport volontaire (PAV) :

  • Verre ;
  • Journaux, revues magasines, brochures, prospectus, catalogues etc. (sans leur emballage plastique).

Le montant des ordures ménagères

Votre redevance pour les ordures ménagères vous semblent trop élevée et vous ne comprenez pas pourquoi ?

Voilà à quoi correspond exactement cette redevance :

 

  • Au ramassage,effectué par le SAROM, des bacs jaunes (tri sélectif), des colonnes verre et papier (tri sélectif) et des ordures résiduelles (bacs verts) ;
  • A l’apport vers le quai de transfert du SIRTOM d’Apt ;
  • Aux déchèteries sélectives (Apt et Coustellet) ;
  • Au transfert par le SIRTOM vers les sites qui traitent l’ensemble des déchets : Vedène pour l’incinération et Manosque pour le tri sélectif ;
  • Au coût de ces traitements. Celui de l’usine d’incinération augmente régulièrement (normes de plus en plus contraignantes). Le coût des traitements tient compte de la revalorisation des ordures du tri sélectif et de la fourniture d’électricité par Vedène.

Pour l’année 2007 le SIRTOM a traité 2917,85 tonnes d’ordures résiduelles pour le territoire de la communauté de communes du Pont Julien, ce qui correspond, par habitant et par an, à 470 kg (presque une ½ tonne par habitant dans les bacs verts), alors que dans le même temps, l’ensemble du territoire du SIRTOM n’a produit que 440 kg par habitant et la France 360 kg.

Par contre, pour le tri sélectif la communauté de communes du Pont Julien se situe aussi nettement en dessous de l’ensemble du territoire du SIRTOM. Au total 162 tonnes, soit 25 kg par habitant contre 74 kg pour le territoire du SIRTOM.

Il y a donc un problème de tri dans la communauté de communes du Pont Julien.