Un peu d’histoire…

Village à 500m d’altitude, la Commune de est située dans le Département de Vaucluse en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur au cœur de la partie occidentale des Monts de Vaucluse entre Apt,Carpentras et Cavaillon, et à 8km de GORDES.

Panorama

 

Préhistoire

a été habité depuis la nuit des temps. Des traces de vie humaine y ont été trouvé dès le paléolithique. semble être alors au centre d’une industrie lithique ; les « maillets » retrouvés en nombre à permettant de tailler les silex en témoignent. En effet, est l’undes gisements de silex des plus importants du Vaucluse.

IVème millénaire a.v. J.C. – Vème siècle

Plusieurs siècles plus tard (Âge du Fer), conserve une place centrale et stratégique, permettant la construction d’oppidums. Cependant, ces derniers ne résisteront pas à l’invasion romaine.

Au cours de l’antiquité et pendant l’Empire Romain, devient un relais fortifié, appelé (Castrum de Muris) sur un des axes routiers de l’Empire permettant de relier des cités comme APT ou CAVAILLON, mais également une lieu ou semble existait une activité commerciale omniprésente. C’est à cette époque que le Pont Julien est édifié, il est aujourd’hui le symbole de la Communauté de Communes du Pont Julien, dont la Commune de est membre.

VIème siècle – XVème siècle

chateau-Tout au long du Moyen Âge, ne cessa de développer ses fortifications afin de limiter toutes attaques ou pillages. Cependant, ces dernières n’ont pas résisté aux incursions des Sarasins qui, semble-t-il, auraient siègé plusieurs années à avant d’être chassés.

Vers l’an 1000, est sous la domination de la famille d’AGOULT pendant plus de quatre siècles. Un donjon y sera construit ; le château devient une caserne pour les soldats du seigneur, et le Village s’étend autour du Château et plus particulièrement au Sud.

 

 

L’Eglise du Village est édifiée dans les dépendances du Château parallèlement à la diffusion de la doctrine vaudoise, mouvementeglise-de- chrétien mais hérétique fondé en 1173 par Pierre Valdo en 1173 à Lyon et implantés principalement dans le Sud de la France. Les membres de ce mouvement, les « Pauvres de Lyon », font profession de pauvreté et se séparent de l’Église. Ils seront excommuniés, pourchassés et pour certains massacrés (le massacre de Bérigoule).

Les ASTOUAUD succèdent aux AGOULT. La grille du château de porte les armes de cette famille qui mènera de nombreuses batailles contre le rattachement de la Provence à la France au XVème siècle, mais en vain.

Devenu français, le village de serait le lieu de naissance du Brave Crillon, désigné entre par Henri IV comme « le premier capitaine du monde ».ruines-combes-de-veroncle

Au milieu du XIVème siècle, les seigneurs et évêques de Provence entame une guerre contre les Vaudois du Luberon : plus de vingt villages seront incendiés. Fuyant ces massacres, une vingtaine de femmes et enfants vaudoisse se réfugient à , Village Vaudois, et plus particulièrement dans les grottes de Bérigoule, vaste réseau de galeries calcaire au nord du village. Pour faire sortir ces réfugiés, les soldats de Moirmoiron allumeront un feu, les Vaudois mourront étouffés. Les habitants de , riposteront par des attaques contre les catholiques de Villages voisins, jusqu’à la fin du siècle.

casacade-combes_de_veroncle Malgré les tensions, le Village continue de se développer, notamment avec la création d’un vaste complexe hydraulique dans les gorges de Véroncle, au sud-ouest du village. La famille d’ASTOUAUD y fit construire un barrage (encore présent aujourd’hui) afin d’alimenter les moulins en contrebas. Dix moulins, en aval du barrage, étaient recensés. Quelques ruines persistent encore dans le paysage ois. Ces moulins étaient essentiellement des moulins à céréales, et si les moulins de GORDES étaient de la propriété de particuliers, ceux de appartenaient au seignieur.

XVème siècle – XVIIème siècle

La Renaissance est une période de prospérité pour le village de MURS. En effet, nombre de demeures, encore existantes aujourd’hui, ont été construites à cette époque. Souvent, la date de construction est inscrite sur ces maisons comme en atteste la Maison « Floret » au coeur du Village. Outre ces bâtisses, d’autres édifices ont vu le jour ou ont été modifiés à partir du XVIIème siècle : Chapelle, Moulins, agrandissement du château, fours à pain, lavoirs…

Cependant, une grande épidémie de peste se propage dès 1720 du port de Marseille au Vaucluse. Un Mur de pierre est alors édifié comme barrière de protection sanitaire afin de stopper l’épidémie de peste. Personne ne devait franchir ce mur. Le Village de était le dernier village de Provence avant ce mur et donc contraint de combattre l’épidémie. L’épidémie atteint malheureusement Avignon et franchie le mur qui devient alors une protection pour les survivants de l’épidémie pour éviter le retour de la peste. a relativement été épargné par ce fléau, semble-t-il suffisamment protégé tant par le mur que par ses remparts.

XVIIIème siècle – XXème siècle

borieLa dynastie des ASTOUAUD prend fin à la Révolution après plus de trois siècles de règne. Les biens seigneuriaux seront répartis entre les deux principales familles de : les VIEN et les VAYSON. Ces deux familles se dispusteront le pouvoir. Le Village sera administré dans un premier temps par les VIEN puis par les VAYSON qui le moderniseront. A ce jour, le château appartient toujours à cette famille.

L’élevage, l’agriculture ou encore la production de charbon sont les principales activités des habitants du Village. Des vestiges de l’exploitation du charbon de bois sont encore visible aujourd’hui, notamment les bories.

Nombre de Mursois périront au front de la Première Guerre mondiale. Lors de la Seconde Guerre Mondiale, le Village sera un lieu de refuge pour les résistants. Encore des traces de tir sont visibles à l’entrée du Village.

Après la guerre, l’exode rural frappe le Village qui tombe en ruine et la population ne cesse de décroître. Le village commencera sa restauration dès les années 1960. L’agriculture reste l’activité dominante mais le tourisme se développe rapidement avec la construction du VVF puis du camping ou encore des hôtels restaurant, les gîtes et chambres d’hôtes. Aujourd’hui, près d’une quarantaine de structures consacrées au tourisme se partage le territoire de offrant ainsi aux vacanciers un large choix. Le village reste cependant un village atypique du Vaucluse, loin du tourisme de masse omniprésent, notamment dans le Luberon.

Ce bref historique a été réalisé notamment avec les informations disponibles sur l’encyclopédie en ligne Wikipédia dont nous vous conseillons de consulter la page, très complète, dédiée à

 

Panorama